Chaque jour, Jean Pierre Roche, prêtre à Villejuif, vous propose sa méditation sur l’évangile du jour. Si vous souhaitez recevoir dans votre boite mail notre pain quotidien, envoyez un mail ici.

Évangile de Jésus Christ selon St Matthieu (16,12-19)

En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples :

« Au dire des gens,
qui est le Fils de l’homme ? »
Ils répondirent :
« Pour les uns, Jean le Baptiste ;
pour d’autres, Élie ;
pour d’autres encore, Jérémie  ou l’un des prophètes. »

Jésus leur demanda :
« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je? »

Alors Simon-Pierre prit la parole et dit :
« Tu es le Christ,
le Fils du Dieu vivant ! »

Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit :
« Heureux es-tu, Simon fils de Yonas :
ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela,
mais mon Père qui est aux cieux.

Et moi, je te le déclare :
Tu es Pierre,
et sur cette pierre je bâtirai mon Église ;
et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.

Je te donnerai les clés du royaume des Cieux :
tout ce que tu auras lié sur la terre
sera lié dans les cieux,
et tout ce que tu auras délié sur la terre
sera délié dans les cieux. »

Mardi 29 juin 2021 – St Pierre St Paul

Cette scène s’appelle la Profession de foi de Césarée. On passe du vous au tu, des disciples à Simon-Pierre, porte-parole des disciples – et non pas des Douze – c’est-à-dire qu’il est notre porte-parole.

Au dire des gens. Jésus s’intéresse d’abord à ce que pensent les gens. Il distingue toujours la foule (les gens) et les disciples. S’il est venu, c’est pour les gens. Pour toutes nos décisions pastorales, nous devrions nous poser la question : qu’en pensent les gens ? Aujourd’hui, c’est important d’être attentif à ce que pensent les gens en dehors de l’Eglise, les journaux qui ne sont pas cathos. C’est à eux que nous sommes envoyés.

Et vous, que dites-vous ? C’est très important, je crois, que Jésus ne dise pas qui il est, mais le fasse dire par ses disciples. Leur foi a progressé et progressera encore, surtout au moment de la mort/résurrection de Jésus. Là aussi, retenons cela pour nos dialogues avec les gens, avec les jeunes : l’important, c’est de les aider à exprimer ce qu’ils croient. Dans l’annonce de la Parole, il faut toujours donner la parole avant de la dire, comme Jésus.

Tu es le Christ. C’est la première profession de foi chrétienne : Jésus est le Christ, le Messie. C’est devenu son nom : Jésus-Christ, qui associe son prénom et son titre, comme on dit le pape François.

Heureux es-tu, Simon fils de Yonas. Chacun est désigné par sa filiation. Simon est le fils de Yonas alors que Jésus n’est plus le fils de Joseph (qu’il a été pendant longtemps) mais le fils du Dieu vivant.

Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise. Simon change de nom au moment de recevoir une nouvelle mission tout comme Georges Bergoglio est devenu François. Si Jésus est la pierre d’angle, Pierre est la première pierre du Temple nouveau dont nous devons tous être des pierres vivantes. Mais Jésus utilise le terme ecclesia qui signifie assemblée. L’Eglise désigne d’abord une communauté avant de désigner un bâtiment.

Notez le futur : je bâtirai mon Eglise. C’est par sa mort et sa résurrection que le Ressuscité fera naître son Eglise en la mettant au monde le jour de la Pentecôte. L’Evangéliste Matthieu relie la profession de foi de Césarée à la lumière du mystère pascal.

Je te donnerai  les clés du Royaume. Pierre doit à cette parole d’être toujours représenté avec une clé. Si Jésus est la porte, il confie la clé à son Eglise, et plus spécialement à son chef. De quoi entrainer toutes les dérives monarchiques ! Mais là aussi, Jésus parle au futur. Entre temps, Pierre l’aura trahi, mais Jésus ne reviendra pas sur cette mission qu’il confie à un comme nous dont il a fait le premier de ses disciples… qui ne doit jamais se prendre pour Jésus dont il n’est que le serviteur. Paul VI aimait se désigner comme le serviteur des serviteurs de Dieu.