Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (12,39-48)

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Vous le savez bien :
si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur viendrait,
il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison.
Vous aussi, tenez-vous prêts :
c’est à l’heure où vous n’y penserez pas
que le Fils de l’homme viendra. »
Pierre dit alors :
« Seigneur, est-ce pour nous que tu dis cette parabole,
ou bien pour tous ? »
Le Seigneur répondit :
« Que dire de l’intendant fidèle et sensé
à qui le maître confiera la charge de son personnel
pour distribuer, en temps voulu, la ration de nourriture ?
Heureux ce serviteur
que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi !
Vraiment, je vous le déclare :
il l’établira sur tous ses biens.
Mais si le serviteur se dit en lui-même :
“Mon maître tarde à venir”,
et s’il se met à frapper les serviteurs et les servantes,
à manger, à boire et à s’enivrer,
alors quand le maître viendra,
le jour où son serviteur ne s’y attend pas
et à l’heure qu’il ne connaît pas,
il l’écartera
et lui fera partager le sort des infidèles.
Le serviteur qui,  connaissant la volonté de son maître,
n’a rien préparé et n’a pas accompli cette volonté,
recevra un grand nombre de coups.
Mais celui qui ne la connaissait pas,
et qui a mérité des coups pour sa conduite,
n’en recevra qu’un petit nombre.

À qui l’on a beaucoup donné,
on demandera beaucoup ;
à qui l’on a beaucoup confié,
on réclamera davantage. »

Mercredi 21 octobre 2020

Difficile de comprendre cette page d’Évangile si on oublie le contexte de sa rédaction par Saint Luc : Le maître tarde à venir. Les premières communautés attendaient la venue du Seigneur. Les derniers mots du Nouveau Testament sont : « Seigneur, viens ! ». Elles étaient impatientes !

D’où la question : à quelle heure le Fils de l’homme viendra ? La réponse de Jésus nous surprend puisqu’il semble dire : il viendra comme un voleur !

D’où l’appel : tenez-vous prêts ! Soyez prêts pour la rencontre avec le Seigneur qui vient. Il est le Seigneur qui est venu, qui viendra et qui vient à notre rencontre.

Cette rencontre avec le Seigneur qui vient, il faut nous tenir prêts à la vivre quand il viendra à la fin des temps, quand il viendra à la fin de notre vie, quand il viendra au cœur de nos vies. Ce sont les trois temps de la rencontre avec le Seigneur : son retour glorieux à la fin des temps, sa rencontre avec nous à l’heure de notre mort, sa rencontre aujourd’hui au cœur de nos vies. Il est le Seigneur qui vient : soyons prêts pour la rencontre, sinon, nous allons le manquer.

Pour être prêt à le rencontrer, la parabole nous invite à vivre notre vie comme un serviteur à qui son maître a confié ses autres serviteurs. Dieu nous a confié beaucoup de monde : notre conjoint, nos enfants, nos parents, nos amis, nos communautés, nos camarades… Nous en sommes responsables comme un intendant fidèle et sensé.

Merci Seigneur pour ta confiance. Fais de moi un serviteur qui prend soin de tous ceux et celles que tu m’as confiés. Et quand tu viens à ma rencontre, à n’importe quelle heure, donne-moi de savoir te reconnaître.