ASA 2020 – Messe d’action de grâce – 27 août 2020

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (24, 42-51)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Veillez, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. Comprenez-le bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi :
c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. 
Que dire du serviteur fidèle et sensé à qui le maître a confié la charge des gens de sa maison, pour leur donner la nourriture en temps voulu ?
Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi !
Amen, je vous le déclare : il l’établira sur tous ses biens. Mais si ce mauvais serviteur se dit en lui-même : “Mon maître tarde”, et s’il se met à frapper ses compagnons, s’il mange et boit avec les ivrognes, alors quand le maître viendra, le jour où son serviteur ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il l’écartera et lui fera partager le sort des hypocrites ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. »

Prendre des nouvelles de la famille

« Veillez »
S’il y a un seul mot à retenir dans ce que Jésus nous dit ce soir c’est bien celui-ci : « Veillez », « Tenez-vous prêts »
Cette messe d’action de grâce pour cet été en Val-de-Marne,
cette campagne ASA 2020
c’est bien d’abord un immense merci
pour nous avoir appelés à être ces veilleurs
ces veilleurs du mois d’août
alors que tout semble s’arrêter
alors que tout invite à se reposer et à oublier les problèmes du quotidien
Mais « la faim ne prend pas de vacances ! »
Nous en avons encore une fois fait l’expérience
à travers ces multiples rencontres
aussi belles que difficiles
Cet homme qui nous dit ne pas avoir mangé depuis 6 jours
Ce couple qui dort dans sa voiture
Ces mamans émerveillées à la remise du carnet de chèques service de 35 € :
elles vont enfin pouvoir acheter ce qu’elles veulent au supermarché !
Oui, que de situations difficiles rencontrées
ASA, c’est en l’espace d’un mois, aller à la rencontre de toute cette pauvreté
à côté de laquelle on peut passer si rapidement le reste de l’année
Et puis, surtout,
il y a toute cette richesse
la richesse de toutes ces personnes qui se battent au quotidien
pour continuer, continuer à vivre
pour les enfants
pour la famille
Une richesse qui s’exprime à travers quelques mots venus du cœur
quand ils s’en vont
« Merci pour tout ce que vous faites ! »
Ou encore « Que Dieu vous bénisse ! »
Et cette femme qui revient avec dans les mains une tarte aux pommes
encore toute chaude
cuisinée exprès pour nous avec les pommes qui lui avaient été données
Oui, faire ASA au mois d’août
c’est faire cette expérience unique d’être des veilleurs
des veilleurs pour ceux qui n’en peuvent plus
pour ceux qui ont faim tout à côté de chez nous
ceux qui n’ont pas de papiers
ceux qui recherchent un emploi
ceux qui n’ont plus à se loger parce qu’on vient de les expulser
Pour tous ceux-là, ASA ce n’est pas seulement un colis distribué
c’est un petit bout de chemin fait ensemble
un petit bout de chemin où l’on apprend à se connaître
un petit bout de chemin où ils se savent attendus et écoutés :
« ASA, c’est nos vacances ! » nous a avoué une femme
Et maintenant,
comment repartir avec ces pauvretés et ces richesses
comment vivre encore cette expérience d’être des « veilleurs » ?
Comment veiller ?
Certainement pas en se mettant en veille
ce serait tout le contraire !
Jésus nous donne deux exemples pour se faire comprendre
Un homme qui veille sur sa maison pour empêcher le voleur d’y entrer
Et un serviteur fidèle et sensé qui a reçu en charge les gens de la maison
et qui s’en acquitte le mieux possible
Veiller
c’est être habité par une attente
attentif à l’imprévu
attentif à ce qui va nous déranger
c’est être habité par une attente pour que la vie soit plus belle
plus belle pour tous ceux-là que nous avons rencontrés
plus belle pour tous ceux-là que nous allons rencontrer
Veiller
c’est aussi être animé par une espérance
indéfectible
définitive
que le Royaume de Dieu est là, tout proche
et qu’il ne faut rien lâcher
mais toujours continuer et recommencer
Veiller
c’est croire que le Christ est ressuscité
qu’il est là sur nos chemins, dans nos rencontres
et que sa vie sera plus forte que nos morts et nos échecs
Nous avons vécu cette campagne ASA dans le contexte de la pandémie
et il nous a fallu veiller, veiller à respecter les « gestes barrière »
pour que cette aide ponctuelle ne se fasse pas au détriment de la santé de tous
Et nous avons veillé à cela
même si ce n’était pas facile de respecter en permanence les distances
même si ce n’était pas facile de porter un masque toute une journée
avec une température de 40°C !
Peut-être aujourd’hui et demain
en tenant ces gestes barrières
faudra-t-il veiller aussi à ces gestes qui nous font frères, ces gestes du frère
Nous l’avons expérimenté durant ce mois d’août
Il y a la distance qui nous éloigne
mais il y a aussi la parole qui peut nous rapprocher
Il y a les masques qui dissimulent notre visage
mais il a toujours les oreilles pour écouter
et les yeux pour sourire et accueillir
il y a les mains qu’il faut laver
mais il y a aussi nos a priori
et nos partis-pris qu’il faut encore et encore décrasser
C’est peut-être cela que Jésus nous demande aujourd’hui
veiller aux gestes qui nous font tous frères
Alors nous aurons peut-être une chance de le rencontrer
puisqu’il est celui qui vient
quand on ne l’attend pas
et à l’heure que l’on ne connaît pas
Heureux seront nous alors d’être encore ses serviteurs
ses veilleurs !
Amen
Jacques